Tigre de Sibérie

Tigre de Sibérie

Publié par Sébastien le samedi 2 mars 2019

Tigre de Sibérie

Le plus grand des félins avec des mâles pouvant peser jusqu’à 350 kg. Ce grand félin fut l’un des premiers à être géré par un programme d’élevage en Europe en 1985. Grand marcheur, le tigre de Sibérie peut parcourir près de 150km en quête de nourriture. C’est le félin le plus emblématique. Si sa population sauvage est en augmentation grâce aux efforts conjoints des parcs zoologiques et des ONG le préservant dans la nature, il reste cependant encore bien menacé…


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Tigre de Malaisie

Publié par Sébastien le samedi 2 mars 2019

Tigre de Malaisie

Le tigre de Malaisie est la 9ème sous-espèce de tigre, et figure malheureusement lui aussi à la trop longue liste des félins menacés. Plus grand que son cousin de Sumatra, il reste tout autant menacé par la déforestation de son habitat naturel au profit des activités humaines. Dans notre parc, ils disposent d’une petite forêt de 3,5 hectares ! Serez-vous assez observateurs pour réussir à les trouver ?


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Panthère nébuleuse continentale

Publié par Sébastien le samedi 2 mars 2019

Panthère nébuleuse continentale

La panthère nébuleuse ou panthère longibande est un félin nocturne peu étudié dans la nature, mais qui figure parmi les principaux félins menacés aujourd’hui, principalement à cause de son pelage unique. Arboricole, la panthère nébuleuse est la seule avec le margay, à être capable de descendre des arbres tête la première. Elle possède de très longs crocs en proportion à la taille de son crâne, ce qui la situe comme intermédiaire entre les félins modernes, et les lignées primitives de félins à dents de sabre.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Panthère du sri-Lanka

Publié par Sébastien le samedi 2 mars 2019

Panthère du sri-Lanka

Avec un pelage court de couleur jaune orangé, cette panthère est sans doute l’une des plus belles. Comme tous les léopards du parc, elle dispose d’un vaste enclos arboré. N’hésitez pas à chercher dans les arbres si vous n’êtes pas parvenus à les trouver. La panthère du Sri-Lanka fait l’objet d’un programme d’élevage depuis 1996.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Panthère des neiges

Publié par Sébastien le samedi 2 mars 2019

Panthère des neiges

Félin mythique adapté à la vie en altitude, la panthère des neiges, également appelée once, est un des plus majestueux félins qui soit. Difficile à observer dans la nature, il resterait aujourd’hui moins de 5000 individus à l’état sauvage. Son magnifique et épais pelage lui vaut en effet d’être une cible de choix pour les trafiquants de fourrure… La panthère des neiges fait l’objet d’un programme d’élevage européen depuis 1987.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Panthère de l’Amour

Publié par Sébastien le samedi 2 mars 2019

Panthère de l’Amour

Voici une des sous-espèces de panthères les plus menacées. Avec un pelage jaune clair et un long poil pouvant atteindre 10 cm de long l’hiver, ce félin est parfaitement adapté aux rigueurs climatiques du grand est sibérien. Même si la population est en augmentation aujourd’hui grâce aux efforts de conservation, la panthère de l’Amour a frôlé l’extinction avec une population descendue en dessous de 40 individus en 2004… Cette sous-espèce fait l’objet d’un programme d’élevage depuis 1993 et un programme de réintroduction serait à l’étude en Russie…


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Manul

Publié par Sébastien le samedi 2 mars 2019

Manul

Avec ses oreilles plates, positionnées très latéralement sur la tête, le manul a une tête peu commode au premier abord.
Avec son pelage très long, il donne l’impression de ramper comme un serpent lorsqu’il s’approche furtivement de sa proie.
Présent en Asie centrale jusqu’à 5 000 mètre d’altitude, c’est un félin complexe à élever et à reproduire tant il est sensible aux parasites. Le manul est également appelé chat de Pallas, en référence au biologiste qui l’a décrit en premier, et fait l’objet d’un programme d’élevage européen.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

lynx de Sibérie

Publié par Sébastien le mardi 26 février 2019

lynx de Sibérie

La classification des différentes sous espèces de lynx risque encore de changer au cours des années à venir. Présent de l’ouest de l’Europe à l’extrême est sibérien, ce lynx ne peut être que considéré comme non menacé. Au Parc des Félins, 3 des 4 espèces de lynx au monde sont présents, avec 2 sous-espèces de lynx Eurasiens représentés.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Lion d’Asie

Publié par Sébastien le mardi 26 février 2019

Lion d’Asie

Avec une crinière moins fournie, un pelage plus épais et une touffe de poil caudale plus grande, le lion d’Asie est moins connu que son cousin africain. Vivant en milieu forestier le territoire d’un mâle recouvre partiellement celui de plusieurs petits groupes de femelles… On est bien loin du harem des lions d’Afrique.
Le Parc des Félins est le seul parc zoologique européen à héberger des lions d’Asie et des lions d’Afrique. Une belle marque de reconnaissance pour le sérieux de notre travail… Le lion d’Asie est suivi dans le cadre d’un programme d’élevage européen depuis 1994.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Chat rubigineux

Publié par Sébastien le mardi 26 février 2019

Chat rubigineux

Il s’agit du plus petit félin au monde. Aussi appelé chat rougeâtre, il tient son nom des tâches rouilles sur ses flancs. Nocturne, il est quasi impossible à observer dans la nature. Fort heureusement, ici au parc, les conditions d’observation sont bien plus simples. Et si toutefois vous ne les trouvez pas, nos animateurs sauront sans doute vous aider ! Le chat rubigineux fait l’objet d’un programme d’élevage européen depuis 1994.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Chat pêcheur

Publié par Sébastien le vendredi 22 février 2019

Chat pêcheur

Qui a dit que les félins n’aimaient pas l’eau ? Bien au contraire… Le chat pêcheur est un bel exemple d’adaptation à la vie en zone humide. Capable de nager à 1 mètre de profondeur, il dispose d’une queue courte et large utilisée comme un gouvernail et d’une gueule en forme de rostre, lui permettant d’attraper facilement ses proies dans l’eau.
De plus en plus courant dans les parcs zoologiques européens, le chat pêcheur est cependant de plus en plus menacé dans la nature, notamment à cause de l’assèchement des zones humide par l’Homme en Asie du Sud Est.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Chat léopard du Bengale

Publié par Sébastien le vendredi 22 février 2019

Chat léopard du Bengale

Le chat léopard du Bengale est une sous-espèce de chat léopard, dans l’ensemble, peu menacée à l’état sauvage. Et pourtant depuis plusieurs années, on a vu émerger une nouvelle mode, celle du chat « domestique » au look sauvage… avec entre autre le Bengale, un hybride entre ce félin sauvage et le chat domestique… L’existence de ces hybrides n’a aucune justification en termes de sauvegarde, d’autant que l’importation d’individus fondateurs depuis le milieu sauvage risque fort de mettre en péril certains noyaux de population en alimentant le trafic animalier…


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Chat léopard de Sibérie

Publié par Sébastien le vendredi 22 février 2019

Chat léopard de Sibérie

Le chat léopard de Sibérie, également connu sous le nom de chat de l’Amour est une sous espèce de chat léopard au pelage plus terne que son cousin du Bengale. C’est d’ailleurs grâce à ce pelage terne, adapté à la vie en régions froides que le chat léopard de Sibérie n’attire pas la convoitise des créateurs d’hybrides.
Son statut dans la nature est totalement inconnu. Cependant, s’il n’est pas considéré comme menacé à ce jour, le braconnage pour sa fourrure existe…


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

chat doré asiatique malais

Publié par Sébastien le vendredi 22 février 2019

chat doré asiatique malais

Encore une espèce de félins très rare dont on ne sait que trop peu de choses… L’une des caractéristiques de cette espèce est la présence d’une bande de pelage très blanche sous la queue dont l’utilité est inconnue. Aucun autre félin n’a cette caractéristique physique, à l’exception de son cousin de Bornéo, du chat Bai (Catopuma badia) encore plus rare… Actuellement, les scientifiques s’accordent à dire qu’il y a 3 sous-espèces différentes, dont le chat doré malais, de petite taille par rapport au deux autres et avec une coloration rousse flamboyante…
En captivité, le chat doré malais est très rare et seuls 12 parcs zoologiques en hébergent au monde.
Le chat doré asiatique fait l’objet d’un programme d’élevage depuis 1993.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Chat doré asiatique chinois

Publié par Sébastien le vendredi 22 février 2019

Chat doré asiatique chinois

Un félin très rare dont on ne sait que peu de choses. Nocturne l’espèce comporterait 3 sous-espèces. 2 d’entre elles sont hébergées au parc actuellement.
En captivité également l’espèce est très rare et le Parc des Félins est l’un des seuls zoos européens à avoir eu de la reproduction au cours des 10 dernières années.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Chat des marais

Publié par Sébastien le vendredi 22 février 2019

Chat des marais

Voici un autre ancêtre probable du chat domestique. Présent sur une grande partie du sud de l’Asie jusqu’à la péninsule arabique, ce félin s’adapte à une grande diversité d’habitats. Peu étudié en captivité et dans la nature, il n’en demeure pas moins un félin divertissant pour qui prendra le temps de l’observer un minimum !


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Lynx boréal

Publié par Sébastien le mardi 19 février 2019

Lynx boréal

C’est le plus gros félin vivant en France métropolitaine. Ayant été exterminé dans les années 1920 en France, la population actuelle estimée entre 150 et 200 lynx résulte d’un programme de réintroduction dans les années 1970 d’une part, et d’une recolonisation progressive de l’Est de la France via les massifs de la forêt noire.
Le lynx a cependant du mal à s’implanter dans certaines régions, du fait de la densité des réseaux routiers et des activités humaines mais également à cause d’une recrudescence des cas de braconnage.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Chat sauvage européen

Publié par Sébastien le mardi 19 février 2019

Chat sauvage européen

Ressemblant à un chat de gouttière le chat sylvestre est pourtant différent de notre chat domestique. En effet, nos matous et ce félin partagent certes un ancêtre commun, mais celui-ci vivait il y a un million d’année. Seule la souche africaine du chat sauvage a été domestiquée, il y a seulement 3 500 ans…


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Puma

Publié par Sébastien le mardi 19 février 2019

Puma

C’est le plus grand des « chats ». En effet, malgré sa taille imposante, le puma fait partie des felinae. Doué d’une grande capacité d’adaptation, le puma est présent sur l’ensemble du continent américain, depuis le grand nord canadien jusqu’au sud de la Patagonie.

Même s’il n’y a pas de programme d’élevage, le Parc des Félins s’est chargé en 2007 d’effectuer un recensement de la population européenne.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Oncille du sud

Publié par Sébastien le mardi 19 février 2019

Oncille du sud

Isolée géographiquement des populations du nord du Brésil il y a 3,7 millions d’année, la population du Centre et du Sud du Brésil a divergé génétiquement et a été récemment classée comme espèce à part entière. Il s’agit d’un des plus petits félins d’Amérique.

 


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Oncille du Nord

Publié par Sébastien le mardi 19 février 2019

Oncille du Nord

Sans doute l’un des félins les moins étudiés dans la nature et l’un des plus petits. L’oncille du Nord est présent du nord du Brésil au Costa Rica. Il ressemble à un intermédiaire entre le margay et le chat de Geoffroy.
Le Parc des Félins est un des seuls établissements au monde à héberger les deux espèces d’oncilles.
L’espèce fait l’objet d’une programme d’élevage européen depuis 2004.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Ocelot

Publié par Sébastien le mardi 19 février 2019

Ocelot

Très prisé pour sa fourrure jusqu’au milieu des années 1990, ce félin est aujourd’hui mieux protégé mais toujours aussi peu étudié dans la nature. Les ocelots du parc bénéficient d’une grande volière de 2200 m², une des plus grandes installations pour cette espèce…


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Margay

Publié par Sébastien le mardi 19 février 2019

Margay

Ce petit félin Sud-Américain vous surprendra par son agilité si vous êtes patients et avez la chance de l’apercevoir en mouvement. En effet, ce petit acrobate des forêts est capable de descendre des arbres tête vers le bas ou de se suspendre par les pattes arrière, pour voler œufs et oisillons dans les nids… Le margay est géré dans le cadre d’un programme d’élevage européen depuis 1996.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Lynx roux

Publié par Sébastien le vendredi 15 février 2019

Lynx roux

Egalement appelé bobcat, le plus petit des lynx doit son nom à la coloration légèrement rousse de son arrière train en période hivernale. Peu présent en captivité en Europe, le Parc des Félins a été en 2007 le premier parc européen à reproduire cette espèce. Malgré sa queue très courte, le lynx n’en demeure pas moins à l’aise dans les arbres… Par conséquent si vous ne les trouvez pas au sol, pensez à lever les yeux…


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Lynx du Canada

Publié par Sébastien le vendredi 15 février 2019

Lynx du Canada

Le lynx du Canada est l’une des 4 espèces de lynx existantes au monde. Ce bel animal a des pattes postérieures qui jouent le rôle de raquettes quand il y a beaucoup de neige. Son pelage semblable à celui des autres lynx en été, vire au gris blanc en hiver. Historiquement très chassé pour sa fourrure au XIXème siècle, le lynx du Canada est aujourd’hui plus protégé et il a même été réintroduit dans certaines régions dont ils avaient totalement disparu.

Le Parc des Félins est le seul lieu au monde ou vous pourrez observer 3 des 4 espèces de lynx.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Jaguarondi

Publié par Sébastien le vendredi 15 février 2019

Jaguarondi

Félin atypique, les scientifiques ont longtemps hésité à classer le jaguarondi comme membre de la famille des félins, du fait de sa ressemblance avec une loutre ou un fossa.

Et pourtant des analyses génétiques ont montré qu’il s’agit du plus proche cousin du puma… et du guépard ! Etonnant non ? A l’état sauvage, le jaguarondi peut se rencontrer sous trois types de pelages différents. Roux, chocolat ou gris, avec une représentation d’une couleur préférentiellement à une autre en fonction du type d’habitat. 


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Jaguar

Publié par Sébastien le vendredi 15 février 2019

Jaguar

Le jaguar est le seul grand félin américain. Doué d’une mâchoire puissante, son régime alimentaire inclue des proies à la « peau » dure comme les caïmans ou les grandes tortues terrestres… Comme chez la panthère, on peut trouver parmi les jaguars des formes mélaniques, au pelage à dominance noire… Le jaguar fait l’objet d’un programme d’élevage européen depuis 2000.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Chat de geoffroy

Publié par Sébastien le vendredi 15 février 2019

Chat de geoffroy

Un autre des petits félins d’Amérique du Sud, présent sur la pointe sud du sous-continent. Présent en altitude dans la cordillère des Andes, ce petit félin résiste parfaitement au froid. Il ressemble beaucoup à une espèce cousine, l’oncille du Sud qu’il rencontre parfois au nord de son aire de répartition. Le chat de Geoffroy fait l’objet d’un programme d’élevage européen depuis 1996.

 


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Tigre de sumatra

Publié par Sébastien le vendredi 15 février 2019

Tigre de sumatra

C’est l’une des plus petites sous-espèces de tigres au monde, mais aussi l’une des plus menacées avec une population sauvage comptant moins de 400 individus. Avec son pelage sombre aux motifs de rayures denses, ce tigre est observable via deux enclos forestiers parmi les plus grands au monde. Le tigre de Sumatra fait l’objet d’un programme d’élevage européen depuis 1990.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Tigre blanc

Publié par Sébastien le vendredi 15 février 2019

Tigre blanc

Ce tigre au pelage « anormal » séduit toujours autant les foules bien qu’il n’existe pas à l’état sauvage et n’est donc pas menacé. Observé une fois en 1950 dans la région de Rewa en Inde, le tigre blanc tel qu’il existe en captivité résulte de la conservation d’une anomalie génétique par l’Homme via la consanguinité.

Au parc, les tigres blancs disposent d’un vaste territoire de près de 4 hectares auquel vous aurez accès en outre, via une grande passerelle avec un observatoire à 360°. N’oubliez pas cependant d’aller voir les autres tigres présents au parc, qui appartiennent quant à eux à des sous-espèces extrêmement menacées…


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Serval

Publié par Sébastien le vendredi 15 février 2019

Serval

Petit félin très actif et curieux, le serval se caractérise par de longues pattes et de grandes oreilles. Son ouïe est sa meilleure arme lui permettant de repérer les déplacements de ses proies dans les herbes hautes…

Cette espèce n’est pas gérée en captivité mais l’équipe scientifique du parc s’est chargée de recenser la population captive d’Europe, posant ainsi les jalons d’une éventuelle gestion européenne de l’espèce.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Panthère noire

Publié par Sébastien le vendredi 15 février 2019

Panthère noire

Panthère, léopard, aucune différence puisqu’il s’agit de deux noms donnés au même félin. Les panthères noires sont le fruit d’une particularité génétique observée essentiellement dans les populations forestières : le mélanisme.

Ainsi, il est possible de trouver des panthères noires aussi bien dans les forêts africaines du Congo que dans la jungle tropicale de Java…

Au Parc des Félins, toutes nos panthères ont le droit de grimper dans les arbres, et il est fréquent d’observer nos panthères noires juchées à près de 20 mètre de haut… Levez les yeux !


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Panthère de Perse

Publié par Sébastien le vendredi 15 février 2019

Panthère de Perse

Avec son pelage ocre pâle, la panthère de Perse est l’un des plus gros léopards existants. N’oubliez pas de lever les yeux lorsque vous irez les voir car elles sont régulièrement perchées à plus de 20 mètres de haut…

En 2015, Le Parc des Félins a eu le privilège de participer au programme de réintroduction des panthères de Perse avec le transfert de Simbad, un jeune mâle né au parc, en Russie… La panthère de Perse fait l’objet d’un programme d’élevage européen depuis 1990.

 


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Lion de l’Atlas

Publié par Sébastien le vendredi 15 février 2019

Lion de l’Atlas

Caractérisé par sa crinière très noire et plus volumineuse que chez les autres lions africains, le lion de l’Atlas a été totalement exterminé par l’Homme à l’état sauvage. Robuste et massif avec un poids pouvant atteindre les 280 kg, ce lion occupait les massifs de l’Atlas, en Afrique du Nord, jusqu’au milieu des années 1960 ou les derniers spécimens se seraient éteints.

On compte moins de 100 individus en captivité à travers le monde.

 


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Lion d’Angola

Publié par Sébastien le vendredi 15 février 2019

Lion d’Angola

Egalement nommé lion du Katanga, ce lion est un poids léger parmi les lions ; les mâles pèsent seulement 200 kg. Il se différencie également des autres sous espèces par sa crinière plus claire. Le parc héberge un groupe reproducteur sur un territoire de 2 hectares. Un régal pour les observateurs !


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Lion d’Afrique de l’Est

Publié par Sébastien le vendredi 15 février 2019

Lion d’Afrique de l’Est

Les lions d’Afrique de l’Est, présents au Kenya ou en Tanzanie, sont les lions les plus étudiés et les plus filmés au monde… Avec un pelage clair et une grande crinière brune, ces lions emblématiques sont observables sur un territoire de 4 hectares. Vous pourrez longuement les observer en empruntant une passerelle surplombant le territoire avec un point de vision à 360°. Un des plus beaux et des plus grands enclos à lions au monde !


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Lion blanc

Publié par Sébastien le vendredi 15 février 2019

Lion blanc

Le lion blanc est le fruit d’une mutation génétique rare mais présente dans la nature notamment au parc Kruger en Afrique du Sud. Plus pâle que les autres lions, cet animal mythique fait partie des félins préférés de nos visiteurs.

Le parc héberge un groupe reproducteur sur un des 5 territoires dédiés aux lions du parc.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Guépard

Publié par Sébastien le vendredi 15 février 2019

Guépard

Le guépard est sans conteste le carnivore terrestre le plus rapide, avec des pointes enregistrées à 110 km/h. Très menacé à l’état sauvage avec moins de 8 000 individus, ce félin est un modèle d’adaptation à la course. Il possède une taille fine, des fosses nasales larges, une longue queue servant de balancier et surtout des griffes non rétractiles pour une meilleure accroche au sol

Le parc dispose d’un centre d’élevage exceptionnel avec 7 enclos totalisant une superficie cumulée de 7,5 hectares. Des conditions de vie rares en captivité. Au niveau européen, le guépard est géré par un programme d’élevage depuis 1992.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Chat Sauvage Africain

Publié par Sébastien le vendredi 15 février 2019

Chat Sauvage Africain

Ne trouvez-vous pas qu’il ressemble à votre chat ? Normal, car ce petit félin est probablement à l’origine de la domestication du chat au proche Orient, il y a 3 500 ans… Mais ne vous y trompez pas, celui-là est réellement sauvage !
Il est globalement difficile de différencier le chat sauvage du chat domestique. Cependant, la queue des chats sauvages est généralement très large et terminée par 3 ou 4 gros anneaux noirs. On trouve également chez les individus sauvage une ligne dorsale noire.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Chat des sables

Publié par Sébastien le vendredi 15 février 2019

Chat des sables

Le chat des sables est également appelé chat du désert. Il possède une tête très grosse en proportion au reste de son corps. Avec ses grandes oreilles ce petit félin vous fera tout simplement craquer ! Totalement adapté à la vie en milieu désertique, le chat des sables résiste parfaitement aux grandes amplitudes thermiques du désert. Il est présent dans le Sahara et dans la péninsule arabique et est un redoutable prédateur de serpents !

Au niveau européen le chat des sables bénéficie d’un programme d’élevage depuis 1998. Ce programme est géré par notre parc depuis 2012.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Caracal

Publié par Sébastien le vendredi 15 février 2019

Caracal

Le caracal ressemble beaucoup au lynx du fait de la présence de toupets noirs au bout des oreilles. Pourtant, ce félin n’est pas un lynx. Ce petit félin est présent en Afrique et au Moyen Orient, et n’est pas encore considéré comme menacé à ce jour. Ce statut pourrait évoluer dans le futur, le caracal étant notamment très chassé par les agriculteurs et propriétaires terriens en Afrique.

Le caracal est un redoutable chasseur d’oiseaux, capable de sauts sans élan de deux mètres de haut… Il profite également de son pelage uni pour facilement se camoufler dans les herbes hautes.

En captivité l’espèce est suivie par un studbook international.


Retour au blog Partager : Facebook Twitter

Achetez notre billet DUOpour profiter de la visite des 2 parcs